Menu Menu Menu
©

© Honoré Daumier

©

Facebook Live

Et si on s’en prenait aux inégalités plutôt qu’aux pauvres et aux précaires ?

Anne Eydoux et Sabina Issehnane

jeu 15 avril 2021 à 20h

Thurs 15 April 2021 at 8 pm

jeu 15 avril 2021 à 20h

Présentation

Des « faux chômeurs » aux « fraudeurs », en passant par le « cancer » et le « pognon de dingue » de « l’assistanat »… Que faire quand la novlangue des dirigeant.e.s tend à faire des plus précaires de dangereux « profiteurs » qu’il faudrait non pas soutenir mais sanctionner ?

 

L’idéologie néolibérale a promu des réformes qui ont en 40 ans dégradé tant les conditions de travail et d’emploi que les droits sociaux. Au nom de la « rigueur » budgétaire, ces réformes ont organisé des coupes sociales et une canalisation des dépenses publiques vers les entreprises et les plus riches. Elles ont creusé les inégalités et alimenté des mouvements sociaux de grande ampleur.

 

La crise sanitaire de 2020 et sa gestion par le confinement ont révélé les failles du néolibéralisme. Tandis que nombre de ménages pauvres et d’étudiants se tournaient vers l’aide alimentaire, ce sont les premiers (et singulièrement les premières) « de corvée » qui ont fait tenir la société. Les dépenses engagées sans sourciller par l’État pour sauver l’économie ont brisé en quelques semaines le dogme du corsetage des déficits et de l’endettement publics. Il est temps de penser (et de débattre de) la reconstruction d’un monde plus vivable, et surtout moins inégalitaire.


Anne Eydoux et Sabina Issehnane sont économistes, membre des Économistes atterré.e.s. Leurs thèmes de recherche sont notamment l’emploi, les politiques de l’emploi, les inégalités et les discriminations.

 

en partenariat avec Libération

Infos pratiques
  • jeu 15 avril 2021 à 20h

gratuit

durée 1h environ

 

• rejoindre le live •

Programme
Scolaires
Allez + loin
  • jeu 15 avril 2021 à 20h

gratuit

durée 1h environ

 

• rejoindre le live •