Réservez
©

Hazel Meyer (avec Abel Báguena, Ava Hervier, Élisa Monteil, Sophie Ren et Danielle Tang), Muscle Panic, 2019, Ferme du Buisson

Hazel Meyer (with Abel Báguena, Ava Hervier, Élisa Monteil, Sophie Ren and Danielle Tang), Muscle Panic, 2019, Ferme du Buisson

© Émile Ouroumov

© Émile Ouroumov

FR EN

Performance Day #4

Centre d'art

Art Center

Hazel Meyer

Hazel Meyer

Muscle Panic

Muscle Panic

Avec la participation d’Abel Báguena, Ava Hervier, Élisa Monteil, Sophie Ren et Danielle Tang

 

performance

With the participation of Abel Báguena, Ava Hervier, Élisa Monteil, Sophie Ren and Danielle Tang

 

performance

sam 25 mai 2019 à 16h - Centre d'art

Sat 25 may 2019 at 4 pm - Centre d'art

Empruntant les codes de l’athlétisme, Muscle Panic s’attache à réhabiliter des corps, des esthétiques et des politiques queer, souvent effacés de l’histoire du sport. Entre chorégraphie et improvisation, cinq interprètes non professionnels « jouent » une partition où endurance, transgression et rire sont autant de manières d’être ensemble et dans le monde.

Borrowing from the codes of athletics, Muscle Panic sets about rehabilitating queer physical, aesthetic and political stances often deleted from the history of sport. In a blend of choreography and improvisation five non-professionals "act out" a score in which endurance, transgression and laughter add up to means of cultivating togetherness and existing in the world.

Muscle Panic est un projet de performance intégrant divers éléments associés à l’athlétisme pour revaloriser l’importance du désir, du mouvement, de la sueur, et le fait d’être queer. Muscle Panic invite des interprètes LGBTQ+ non-professionnels à performer au sein d’une installation composée d’échafaudages et d’objets customisés utilisables à la fois comme accessoires de théâtre, outils, costumes, équipements et sculptures.

 

Entre chorégraphie et improvisation, Muscle Panic accueille la corporalité individuelle de chaque interprète, en privilégiant l’esprit sur la virtuosité de la performance. Le titre fait référence au terme sociologique « moral panic » qui décrit une réaction disproportionnée face à des pratiques culturelles ou personnelles, souvent minoritaires, jugées « déviantes » ou dangereuses pour la société. À contrario, Muscle Panic invente un temps et un lieu ouverts à une autogouvernance toute en sueur. Elle célèbre différentes formes d’incarnation des genres qui menacent les normes établies, et fournit des outils physiques permettant de pointer les situations dans lesquelles on fait usage de ce pouvoir. Elle s’interroge enfin sur la manière dont on peut utiliser ces outils dans des structures existantes pour créer un monde accueillant pour tous.

 

     

coproduction Ferme du Buisson / Blackwood Gallery - Toronto

avec le soutien du Centre Culturel Canadien et du Conseil des arts du Canada

Hazel Meyer’s Muscle Panic is an iterative world-making installation and performance project that uses various athletics tropes to enliven and re-centre the importance of desire, queerness, movement and sweat. Muscle Panic engages non-professional LGBTQ+ performers within a scaffold installation containing objects that function across the spectrum of prop, tool, costume, equipment, and sculpture. Located between choreography and improvisation, Muscle Panic celebrates the idiosyncratic physicality of each performer, valuing spirit over virtuosity.

 

Named after the sociological term ‘moral panic’ that describes an often irrational fear or threat to the dominant order, Muscle Panic creates a time and place beholden to a sweaty self-governance. It values and celebrates forms of gendered embodiment that threaten norms, and provides tools and physical prompts to highlight the situations in which we make and flex this power. Muscle Panic asks how we can use the tools in already existing structures to make a world that can hold us in ways it hasn’t before.

 

    

Coproduction Ferme du Buisson / Blackwood Gallery - Toronto

With the backing of Centre Culturel Canadien and the Canadian Council for the Arts

sam 25 mai 2019 à 16h - Centre d'art
Sat 25 may 2019 at 4 pm - Centre d'art

durée 45min

 

Pass Performance Day pour la journée

plein 10 €

buissonnier / réduit / étudiant 8 €

 

Tarif pour une proposition 
plein 5€

 

Réservation indispensable au +33 (0)1 64 62 77 77 ou en ligne

 

Navette

13h Paris Opéra Bastille > La Ferme du Buisson

1h La Ferme du Buisson > Paris Nation + Châtelet

aller et/ou retour sur réservation au 01 64 62 77 77

45 min

 

day pass 10€ / concessions 8€

single event 5€

admission to the exhibition is free

 

shuttles

book in advance: +33 (0)1 64 62 77 77

1 pm: Paris-Opéra Bastille > Ferme du Buisson

1 am: Ferme du Buisson > Paris Nation + Châtelet

 

advance booking essential: +33 (0)1 64 62 77 77 or online

Hazel Meyer

La pratique de Hazel Meyer conjugue installations, performances et textes pour explorer les relations entre sport, sexualité, féminisme et culture matérielle. Son travail s’attache à réhabiliter des corps, des esthétiques et des politiques queer, souvent effacés de l’histoire du sport et des loisirs. Se nourrissant de recherches et d’éléments d’archives, elle conçoit des installations immersives en jouant sur les échelles, le langage, la répétition, la confrontation douce ou l’immersion extatique. Elle collabore aussi bien avec des adolescents, des joueurs de badminton, des compositeurs de musique ou sa propre mère, pour des projets qui se consacrent à un rapport sans cesse renégocié entre endurance, transgression et rire, comme autant de manières d’être dans son corps et dans le monde.

Hazel Meyer

Hazel Meyer is an interdisciplinary artist who works with installation, performance, and text to investigate the relationships between sport, sexuality, feminism, and material culture. Her work aims to recover the queer aesthetics, politics, and bodies often effaced within histories of sports and recreation. Drawing on archival research, she designs immersive installations that bring various troublemakers—lesbians-feminists, gender outlaws, leather-dykes—into the performative spaces of athletics. She often works collaboratively with her partner, media historian Cait McKinney. Together they explore their shared attachments to queer histories and accessibility politics through research, writing, video and archival interventions.