Théâtre

Le Théâtre, emblème du lieu et ancienne grange-étable, représente le plus grand volume du site, tant côté spectateurs que côté scène, et offre l’un des plus grands plateaux franciliens.

Le Théâtre se trouve au cœur du bâtiment central de la Ferme du Buisson. Dans la grande salle de 800 fauteuils, outre les spectacles fréquents, sont aussi proposés des projections de films, notamment pendant les travaux du Cinéma, et des concerts. Le Théâtre est prolongé par son arrière-scène, ses dégagements, son entrepôt de décors et son atelier.

 

Le hall du Théâtre, à la fois vaste et convivial, peut accueillir à son rez-de-chaussée et son étage plusieurs centaines de spectateurs. Point central du site, c’est un lieu d’accueil consacré aux publics, aux équipes et aux artistes. À l’étage, la mezzanine se transforme en bar et restaurant éphémère pendant les festivals et les soirs de spectacles.

 

Qui pourrait encore s'imaginer que, jusqu'au milieu du siècle dernier, ce bâtiment long de 85 mètres contenait 24 stalles pour écuries, une bouverie-vacherie de 48 places, une bergerie de 400 moutons et une salle de manutention où 100 000 bottes de fourrage pouvaient être manipulées ?

 

 

Sol Lewitt, Wall Drawing n°649, 1990

 

Une œuvre originale de l’artiste américain Sol Lewitt (1927-2007), chef de file de l’art conceptuel, orne les murs du hall du Théâtre. À l’occasion de la réhabilitation de la Ferme du Buisson comme lieu d’art en 1990, le Syndicat d’agglomération de la ville nouvelle et le Ministère de la culture passent commande à Sol Lewitt de sa première œuvre monumentale en France. Séduit par le lieu, l’artiste élabore une variation sérielle : des formes dérivées d’un cube rectangulaire se colorent de tonalités différentes.

 

 

Phillippe Dupuy, Hommage à Sol Lewitt, fresque, 2011

 

Compagnon de route de la Ferme du Buisson, Philippe Dupuy est un dessinateur et scénariste français de bande dessinée. En 2011, il réalise une fresque dans le hall du Théâtre face à l’œuvre de Sol Lewitt. Cet hommage prend la forme de bourgeons et de racines, de germes et de branches, d'une nature qui grimpent sur les parois en face de l'entrée. On y retrouve le trait du dessinateur, avec un dessin poétique et sensible, qui semble épouser les murs de la ferme. 

 

Téléchargement Download