L’ABREUVOIR À MUSIQUE

LOFOFORA + LE CABARET CONTEMPORAIN

rock fusion métal & progressif / musique contemporaine

Prêts pour une expérience sonore déjantée et unique ?!

vendredi 20 janvier 2012

À 21H

Incontournable du métal hexagonal, Lofofora tire son nom d’un cactus mexicain hallucinogène… et vous plonge sans transition dans un état modifié de conscience. Un mélange de grosses guitares, de rythmes saccadés, de basses funky, de hardcore et de ragga sert des textes toujours incisifs et enragés. Avec un album plus qu’attendu – Monstre ordinaire (chez At(h)ome) – le groupe prouve qu’il n’a rien perdu de sa verve et de son énergie, percutant autant dans les riffs tranchants que dans le propos.

Le Cabaret Contemporain crée une rencontre improbable en première partie avec Tierkreis Revisited. Une variation rock progressif autour de Tierkreis, œuvre du compositeur Karlheinz Stockhausen – qui a largement contribué à l’évolution du rock vers l’expérimental. Ondes Martenot, guitare électrique, batterie et claviers Fender Rhodes composent un instrumentarium électrique et électronique pour un concert hors norme : liberté totale, énergie créative… lorsque la musique contemporaine devient rock !Tierkreis est un cycle de douze mélodies sur les signes du Zodiaque composé par Karlheinz Stockhausen en 1975, initialement écrit pour des boîtes à musique à destination d’une pièce de théâtre.


Depuis plus de 13 ans, Lofofora n’a pas changé d’idéologie et s’est produit dans quasiment tous les patelins de France. L’histoire du groupe commence en 1989 avec Reuno au chant et Phil à la basse. Le mot Lofofora vient de Lophophora Williamsii, qui est le nom scientifique du peyolt : cactus mexicain hallucinogène utilisé anciennement pour des rituels aztèques.
C’est en 1992, lors de la rencontre avec le collectif Sriracha Sauce, que Pascal et Edgar rejoignent le groupe aux postes de guitariste et batteur. Le groupe signe chez le label Polygram et sort en 1995 son premier album « Lofofora » qui mêlent les guitares hardcores très saturés aux chants rappés de Reuno, un album de fusion à la Lofo avec des textes militants et engagés. L’album « Peuh ! » sort en 1996 et s’écoule à 40000 exemplaires, puis Lofo repart pour une longue tournée afin de nous balancer ses messages à travers des chansons comme « Macho Blues » ou « Envie De Tuer ».
En 1999 sort l’album « Dur Comme fer », sûrement le plus chiadé que Lofo ait pondu. En 2001, le guitariste Farid enregistre un album solo avec Djamal (ex Kabal) puis quitte le groupe. Lofofora sort un double album : un CD live et un CD de reprise de quelques uns de leurs titres (Weedub, Viscéral) et des reprises de Serge Gainsbourg, Alain Bashung et Arno. En fin d’année, c’est Daniel (ex Noxious Enjoyment) qui prend le poste de guitariste à la place de Farid et le batteur Edgar est remplacé par Pierre. « Le Fond Et La Forme », leur quatrième album, sort en 2003. Le groupe enchaîne ensuite les concerts et enregistre leur dernier album en date « Les Choses Qui Nous Dérangent » en 2005. Depuis, le chanteur Reuno prête sa voie avec Le Noyau Dur sur l’album « Renaissance » qui est un projet de Djab (ex Black Bomb A) où une série de membre de la scène métal francophone interviennent.

Lofofora sort en 2007 un nouvel opus, "Mémoires de singes" et revient cette année avec un nouvel album "Monstre ordinaire" (chez At(h)ome).


L’Ensemble Le Cabaret Contemporain propose en 2011 une libre adaptation de cette œuvre pour ondes Martenot, guitare électrique, batterie et claviers Fender Rhodes.

En se référant directement à l’approche de Stockhausen à cette époque, notamment à sa période dite de “musique intuitive”, les musiciens souhaitent en offrir une version libre se situant à la frontière entre les genres musicaux.

L’instrumentation proposée par Giani Caseretto fait en effet la part belle aux instruments électriques et électroniques et fait autant référence à l’univers du rock qu’à celui de la musique contemporaine.

Ces quatre jeunes surdoués de la musique, à travers cet ensemble, se sont fixé pour objectif de sortir de la musique contemporaine de ses cadres habituels afin de la porter vers de nouveaux lieux, de nouveaux publics : DJset contemporain, mix intuitifs, improvisations qui bousculent les étiquettes. De quoi séduire tout néophyte en quête de nouvelle expérience !

Écoutez le concert sur France Musique, dans l’émission "Les Lundis de la Contemporaine", ce soir, lundi 9 janvier, à 20h.
(concert enregistré à Tremblay-en-France en novembre dernier)

En savoir plus sur les musiciens…


GIANI CASEROTTO, guitare électrique Guitariste, compositeur et improvisateur, Giani Caserotto travaille sur les rapports entre écriture et improvisation, musiques savantes et populaires. Titulaire de 4 premiers prix du Conservatoire de Paris (CNSMDP) en guitare, harmonie, contrepoint, écriture XXe siècle, il y étudie aussi l’improvisation générative, l’orchestration et la musique indienne. Il a étudié la composition avec Jean-Yves Bosseur et a mené sous sa direction en travail de recherche sur les formes ouvertes. Titulaire d’une licence de musicologie et du DE de guitare, il enseigne au Conservatoire de Montereau (77).
Il se produit en France et en Europe (Espagne, Sardaigne, Allemagne, Suisse, Hongrie) en soliste et au sein de plusieurs formations, aussi bien en musique contemporaine (ensemble Le Balcon), rock (FER), musique traditionnelle (Pascal Lefeuvre), musiques improvisées (Vincent Lê Quang). Il compose fréquemment des musiques de film et de pièces chorégraphiques. Ses recherches sur les rapports entre écriture et improvisation l’ont mené à travailler avec des improvisateurs et des plasticiens pour la conception de Zeitlinie, dispositif mêlant musique, formes programmées et dispositif scénique.

AUGUSTIN VIARD, ondes Marteno
Né en 1984 , Augustin Viard commence son apprentissage musical au travers des musiques actuelles telles que le rock ou le blues. En 2004, il entre dans la classe d’ondes Martenot de Pascale Rousse Lacordaire au CNR de Boulogne Billancourt et obtient en 2007 son CFEM mention "Très bien". En 2009, il est admis au CNSMDP dans la classe d’ondes Martenot de Valérie Hartmann-Claverie. Parallèlement à des études de musicologie à Paris IV, il intervient dans les milieux scolaires afin de faire connaître son instrument et participe à des concerts notamment au sein du sextuor Vecteur Ondes et de l’ensemble Volta. Il est également fondateur et membre du groupe Nabe (rock) lauréat du prix musique du festival "Ici et demain" 2007.

JULIEN LOUTELIER, batterie
Né au Mans en 1987, il étudie au Conservatoire Royal de Bruxelles puis au Conservatoire National Supérieur de Paris (CNSMDP) où il travaille le jazz et la composition (section Jazz et Musiques improvisées de Riccardo Del Fra) ainsi que l’improvisation générative.
Le rock, le jazz, la musique contemporaine et l’improvisation libre marquent profondément son jeu de batteur-percussionniste. On le retrouve aussi bien sur la scène du Jazz européen et américain (Riccardo Del Fra, Glenn Ferris, Phil Abraham, Rick Margiza, Jim Mc Neely…) que dans l’improvisation libre (Quartet Diapason d’Or avec l’américaine Kris Davis, duo avec Benjamin Dousteyssier…), le free organisé (Actuum, Khoom, Osmauve), ou le rock alternatif/improvisé (Burno, Loreleï, AUM, Léanne). Membre du groupe Actuum, il remporte le premier prix de groupe au concours européen « Keep an Eye Jazz » en avril 2010.

PAUL LAY, piano Fender Rhodes
Après des études au conservatoire de Toulouse, Paul Lay entre au CNSM de Paris au sein du département Jazz et Musiques Improvisées et travaille notamment avec Hervé Sellin, François Théberge, Glenn Ferris et Dre Paellemearts. Il obtient son diplôme de fin d’études supérieures (DFS) en 2006. Il poursuit le cycle de perfectionnement du CNSM de Paris en étroite collaboration avec Riccardo del Fra. Il a eu l’occasion de travailler avec Joey Baron, Marc Johnson, Archie Shepp, Michel Portal, Marc Ducret, Louis Sclavis.
Il est lauréat de plusieurs concours internationaux dont le Concours International Piano-Jazz de Moscou en 2005(3e prix), le Concours International Piano-Jazz Martial Solal en 2006 (finaliste -5e prix), le Concours International de piano jazz de Montreux en 2007 (finaliste). En 2007, il est lauréat de la Fondation Meyer et du Mécénat Musical Société Générale. Il est également parrainé par Cultures France (exAFAA) et à ce titre figure dans leur programme "Jazz Primeur". Il se produit dans différentes formations en France, au sein de son Quintet à Jazz à la Villette, et au festival de Cologne (2005), ainsi en récital solo dans les festivals d’Annecy, Biarritz, à l’Institut Français de Berlin, à l’IAJE à New York, et Toronto (2006- 2007). A partir de 2007, entre au sein de Fred Couderc Quartet, ( album « Kirkophonie »). Il effectue une tournée en Russie en Mars, puis en Amérique centrale en Mai 2008 pour 14 concerts solo (Pérou, Mexique, Trinidad et Tobago, République Dominicaine).


Interne Interne Interne Interne